Toujours diminué, Arthur Vichot est contraint de rester au repos

Toujours diminué, Arthur Vichot est contraint de rester au repos

 

Toujours diminué, Arthur Vichot est contraint de rester au repos

 

Au terme d’un long processus d’examens médicaux et d’analyses, l’ancien double champion de France, âgé de 31 ans, n’a d’autre solution que stopper toute activité physique. Atteint d’overreaching non fonctionnel (forme de surentraînement), il voit cet arrêt à durée indéterminée comme un passage obligé pour espérer reprendre le cours de sa carrière.

 

«Ce fut long et la période du confinement nous a fait perdre de longs mois mais je sais enfin ce dont je souffre, confie le Bisontin, au repos depuis mi-juillet. C’est un soulagement car je peux poser un diagnostic sur mes maux. J’étais arrivé à un stade où, après n’importe quel entraînement, le moindre effort m’était impossible. Aujourd’hui, je ne veux penser qu’au présent, me reposer physiquement et mentalement car c’est épuisant de chercher une cause rationnelle à un tel état de fatigue, récurrent et inexpliqué. Je m’attache à lâcher-prise et à ne pas me projeter trop loin. Je digère, je souffle et tâche de passer un été comme Monsieur Tout le Monde. C’est mon physique qui décidera et, avant de songer à la suite, il est l’heure de poser les bases pour me reconstruire et avancer de nouveau.»

 

Handicapé depuis son arrivée chez les Men in Glaz en début de saison passée, Arthur n’a jamais été en mesure de livrer sa pleine mesure sous le maillot de la formation bretonne. «Arthur est arrivé au club amoindri et nous sommes tous déçus de la situation, reconnaît Jérôme Pineau, le manager général du B&B HOTELS - VITAL CONCEPT p/b KTM. Nous l’avions recruté pour qu’il soit l’un de nos leaders, au même titre que Bryan Coquard ou Pierre Rolland, mais il n’a jamais pu pleinement exprimer son talent. C’est un coureur atypique, pétri de classe, et nous avons fait en sorte de l’accompagner du mieux possible, avec la satisfaction d’avoir tout mis en place pour trouver ce dont il souffrait. Ce fut long et pénible pour lui mais, enfin, nous avons la réponse. Arthur doit penser à sa santé en priorité, offrir à son corps un reset et prendre du recul.»

 

La durée de repos du puncheur franc-comtois reste, pour l’heure, indéterminée mais elle est le seul remède à ses maux. «L’état de fatigue d’Arthur résulte d’une discordance entre d’importantes charges d’entraînement et une récupération inadaptée à ces charges, détaille le Dr Samuel Maraffi, médecin référent des Men in Glaz. L’overreaching non fonctionnel implique un repos de plusieurs mois suivi d’une reprise d’activité physique très surveillée en vue d’un retour à la pratique de haut-niveau. Aujourd’hui, au-delà de son repos physique, Arthur doit se sortir la tête du vélo, couper pour se régénérer. Nous savons que le virus dont il a souffert l’an passé était probablement la conséquence de ce surentraînement, et non la cause de sa fatigue. Il a voulu bien faire, peut-être trop bien faire d’ailleurs, mais son corps a dit stop. Arthur pourra reprendre une activité cycliste à haut-niveau, sous réserve d’un suivi attentif de sa réathlétisation et de sa reprise d’entraînement.»

 

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84