Longue étape, sprint supersonique, Coquard dans le Top 10

 

Longue étape, sprint supersonique, Coquard dans le Top 10 

 

Nice accueille un troisième et dernier départ d’étape, au pied de l’Allianz Riviera, le stade de l’OGC Nice. Cette deuxième plus longue journée du Tour, 198 kilomètres au programme, emmène le peloton jusqu’à Sisteron pour une arrivée inédite dans l’histoire de la Grande Boucle. 
 
C’est un trio qui ouvrira la route durant une grande partie de l’étape. Benoit Cosnefroy, maillot à pois de meilleur grimpeur sur les épaules, est à l’avant en compagne de son dauphin au classement, Anthony Perez, et de Jérôme Cousin. Mais une fois les principaux points de la montagne attribués, Cosnefroy et Perez se relèvent, laissant ainsi Jérôme Cousin seul face à la meute de loups, emmenée par la Deceuninck-Quick Step.
 

Final houleux mené grand train

 
Entre averses et éclaircies, le peloton contrôle l’écart mais avec un seul homme à l’avant, le dénouement semble clair. Seul le sprint intermédiaire de Digne-les-Bains rompt la monotonie de cette étape. Bryan Coquard se classe neuvième, inscrivant sept points supplémentaires au classement du maillot vert.
 
Une fois Jérôme Cousin repris, le peloton s’organise en vue du sprint massif tant attendu. Du côté des Men in Glaz, Cyril Gautier, Cyril Barthe puis Quentin Pacher viennent se mêler à la lutte en tête pour protéger Kévin Reza et Bryan Coquard. «La Rez» restant au contact de son leader jusque sous la flamme rouge. Puis l’emballage final. Ça frotte, ça roule vite et les vagues sont nombreuses. Bien placé, Bryan Coquard ne parvient pas à accélérer pour remonter ses adversaires. Le sprinteur Glaz prend la 9e place et offre un deuxième Top 10 au B&B HOTELS - VITAL CONCEPT p/b KTM.
 
Mardi, nouveau changement de configuration. Les sprinteurs se retrouveront probablement à l’arrière dans le Gruppetto, laissant la part belle aux grimpeurs. De Sisteron, le peloton grimpera jusqu’à Orcières-Merlette. Départ à 13h25 pour 160 kilomètres et une arrivée à 1825 mètres d’altitude au sommet d’une montée classée en 1ère catégorie prévue vers 17h30.
 

 

L'instant Glaz

Jimmy Engoulvent : «La journée s'est plutôt bien passée. On a évité les pépins. Le final avec ce vent de face a rendu le sprint compliqué. Nos coureurs étaient bien placés mais pas assez pour rester aux avant-postes. Kévin Reza était bien situé à côté de Bryan. Jens Debusschere a pris une mauvaise vague à deux kilomètres de l'arrivée qui l'écarte du train de Bryan.

Quand ça se lance, Bryan est un peu gêné mais les deux premiers semblaient vraiment au-dessus. Pour les places de trois et quatre, c'était jouable. Ça ne s'est pas bien goupillé mais on n'est pas à la rue. On est là, dans le match. Les sensations sont bonnes. On espère toujours mieux sur les prochains sprints.»

 

Photos - James Startt x Agence Zoom

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84