Difficile journée pour les Men in Glaz dans les monts du Lyonnais

 

Difficile journée pour les Men in Glaz dans les monts du Lyonnais

De Clermont-Ferrand à Lyon, la quatorzième étape du Tour de France était annoncée pour les sprinteurs par l’organisation mais les difficultés placées en cours de route semblaient propices à un premier écrémage. Sans surprise, à l’approche de la fin de cette deuxième semaine, c’est bien ce qu’il s’est passé.

 

Seuls deux coureurs composent l’échappée du jour : Stefan Küng et Edward Theuns. L’écart du duo monte jusqu’à cinq minutes mais derrière, l’équipe Bora-Hansgrohe mène grand train pour faire exploser les sprinteurs. Une première fois, puis une seconde fois dans le Col du Béal (2e catégorie). Bryan Coquard en fait les frais. Touché au genou suite à sa chute du début de semaine, le Pontchatelain se bat mais ne pourra pas réintégrer le peloton. Un bras de fer s’engage au sommet de cette difficulté entre le groupe maillot vert de Sam Bennett, où figure Cyril Barthe, et le peloton toujours emmené par Bora-Hansgrohe pour Peter Sagan. Après une longue bataille, le groupe Bennett abdique et terminera l’épreuve à près de 20 minutes de la tête de course.

 

Quentin Pacher parmi les costauds à l'avant

 

À l’avant, si le rythme ralentit un peu, la concentration est de mise. Quentin Pacher est l’ultime représentant du B&B HOTELS - VITAL CONCEPT p/b KTM dans ce groupe d’une centaine d’éléments qui aborde Lyon à grande vitesse. Déjà quatrième et septième d’étape, «Papach» s’accroche dans les ascensions de la Duchère et de la Croix-Rousse, dans les rues de Lyon. Personne ne parvient à faire la différence dans les pourcentages et c’est au sommet que Soren Kragh Andersen s’extirpe du peloton, profitant d’une accalmie. Le Danois de 26 ans s’impose en solitaire. Le peloton coupe la ligne avec 15 secondes de retard. Quentin Pacher prend la 17e place. Le reste des Men in Glaz termine au sein du Grupetto.



 

Demain, dimanche et veille de journée de repos, le peloton entamera la 15e étape du Tour de France depuis le Stade Gerland à Lyon. Au programme : 174 kilomètres incluant la Montée de la Stèle de Fromentel et le Col de la Biche, deux ascensions de première catégorie, avant l’arrivée au Grand Colombier, 7,7km à 7% de moyenne, Hors-Catégorie dont le sommet culmine à 1500 mètres d’altitude. 

 

 

L'instant Glaz

Quentin Pacher : «La tactique Bora-Hansgrohe entrevue à Lavaur s'est répétée aujourd'hui. On s'y attendait. Ils ont durci dans le Col du Béal pour éliminer les sprinteurs. CCC est venu les relayer en tête de peloton et ça n'a pas faibli jusqu'à l'arrivée.

Le final était assez punchy dans Lyon. Ça roulait tellement vite dans le final que l'on devait freiner dans le dernier virage de La Croix Rousse ! Il y avait énormément de monde, c'était dingue. Étant seul coureur du club à l'avant, j'ai perdu un peu d'énergie pour me ravitailler et me replacer. J'ai essayé de prendre la vague qui remontait pour le sprint mais je ne suis pas trop dans mon élément.»

Jimmy Engoulvent : «On avait prédit ce scénario de course au briefing. Bryan Coquard a été gêné par son genou et n'a pas pu lutter. Quentin Pacher marche bien et était dans le premier groupe. Il n'y avait pas grand chose à faire dans le final, ça roulait très vite. Ce n'est pas une journée exceptionnelle mais il y a des belles étapes dans les prochains jours.

 

Dans un premier temps, on a tenté de faire revenir Bryan dans le groupe Bennett mais on n'a pas réussi à rentrer. Quand le groupe Maillot Vert s'est relevé, nos coureurs sont revenus. Un Gruppetto s'est formé et ils ont terminé ensemble. C'est sûr que ce n'est pas une très bonne journée pour Bryan et l'équipe. On espère qu'il va pouvoir se soigner et récupérer. On sait que ça va être compliqué d'inverser la tendance concernant sa douleur au genou.»

 

 

Photo 2 - Agence Zoom

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84