Découvrez les huit Men in Glaz en route pour le Tour

 

Découvrez les huit Men in Glaz en route pour le Tour

 

21 étapes, 3470 kilomètres à parcourir, des cols à la pelle, 4 arrivées en altitude et un contre-la-montre individuel en côte, voici le menu du 107e Tour de France, qui s’élancera samedi 29 août de Nice. Sur la ligne de départ, 176 coureurs dont huit Men in Glaz surmotivés, soudés et ambitieux. Sans surprise, pour sa première participation au Tour de France, le B&B HOTELS - VITAL CONCEPT p/b KTM sera emmené par son sprinteur Bryan Coquard, 28 ans et des rêves de victoires d’étape plein la tête après être passé si près du Graal voilà quatre ans.

 

Bryan Coquard

 

Chef de file du club depuis sa création, voilà bientôt trois ans, « le Coq » a hâte d’être au Grand Départ du Tour pour humer à nouveau le parfum d’une épreuve qui lui a tant manqué. Vice-champion olympique sur la piste de Londres en 2012, le sprinteur nazairien a fait ses débuts sur le Tour à 22 ans. Il y a, d’emblée, saisi la force de l’événement. «Le monde autour des coureurs à la présentation des équipes, dès le jeudi précédant le départ, les sollicitations médiatiques décuplées en amont et pendant l’épreuve, l’adrénaline ressentie à l’approche des arrivées et la popularité que le Tour apporte, c’est tout bonnement incroyable», résume Bryan, qui n’a plus participé au Tour depuis 2016.

 

Deux fois 2e d’étape sur la plus grande course du Monde (sur les Champs-Elysées en 2015 puis à Limoges l’année suivante, battu par l’Allemand Kittel pour seulement 28 millimètres), le Coq ne rêve que d’une chose : lever les bras à Nice, Sisteron, Poitiers, Lyon, Paris ou n’importe où ailleurs. Vainqueur de 45 courses depuis ses débuts professionnels, Bryan en a remporté 12 sous le maillot Glaz, dont la dernière en date sur la Route d’Occitanie, le 1er août. Jeune papa depuis le 15 mars dernier, le prometteur sprinteur est devenu un coureur mature, parfaitement conscient de ses caractéristiques physiques et des enjeux que le Tour de France revêt. Entouré d’équipiers dévoués à sa cause, le leader de la formation morbihannaise a préparé le grand rendez-vous de l’année avec une extrême minutie. Etude du parcours, reconnaissance des étapes clefs, préparation physique et entraînement spécifique, Bryan arrivera au départ de Nice prêt et résolu à exploiter la difficulté du tracé pour saisir l’occasion de s’imposer dès qu’elle se présentera. Afin d’effacer de sa mémoire ces maudits 28 millimètres… et réaliser un rêve d’enfant, simplement.

 

 

Pierre Rolland 

 

Pierre Rolland, 33 ans, sera quant à lui le chef de file des Men in Glaz en montagne. A l’aube de sa 11e participation à l'épreuve, le grimpeur orléanais est là où il veut être dans la perspective d’un Tour de France ô combien exigeant et montagneux. L’ancien maillot blanc de meilleur jeune (en 2011) a effectué un retour à la compétition couronné de succès sur le Tour de Savoie Mont-Blanc, début août. En forme ascendante au sortir d’une longue période d’entraînement où il a multiplié les stages et cumulé les ascensions, Pierrot sort d’un Critérium du Dauphiné de très bonne facture, achevé à la 14e place du classement général. Au contact des meilleurs grimpeurs du Monde, à l’attaque en direction de Megève à la veille du terme de l’épreuve, le double vainqueur d’étape sur le Tour (L’Alpe d’Huez, en 2011, et La Toussuire, en 2012) a retrouvé l’intégralité de ses moyens après une première année en Glaz perturbée par une double fracture du poignet.

 

De retour à son meilleur niveau, toujours habité d’une envie et d’un sens du panache qui font de lui l’un des coureurs les plus populaires du peloton, Pierre sait sur quelles étapes il pourra s’exprimer du 29 août au 20 septembre. Coureur d’expérience, jamais avare d’une échappée au long cours susceptible de tromper la vigilance des cadors, il a ciblé les endroits qui pourraient devenir le théâtre de nouvelles chevauchées victorieuses. Vainqueur d’une étape du Giro 2017 après avoir attaqué sans relâche, jour après jour, puis finalement fait sauter le verrou des équipes de leaders, l’Orléanais connaît la recette mais se garde bien de dévoiler ses plans. «Je ne suis pas un coureur qui aime annoncer la couleur à l’avance. Le Tour sera extrêmement difficile cette année et de multiples opportunités devraient se présenter aux attaquants. J’ai déjà quelques idées en tête mais, pour les réaliser, il faudra que les jambes répondent.» Faites vos jeux, rien ne va plus… Où et quand Pierrot décrochera-t-il sa 3e étape sur le Tour de France ?

 

 

Jens Debusschere

 

Large d’épaule et précieux dans les emballages finaux, le Belge Jens Debusschere sera le lanceur attitré de Bryan Coquard dans les sprints. Valeur sûre, ancien champion de Belgique vainqueur à 15 reprises en dix saisons chez les professionnels, le coureur originaire de Waregem -où il avait devancé le Coq sur A Travers la Flandre 2016- est un sprinteur reconverti poisson-pilote qui habite avec fierté son nouvel habit Glaz. A Nice, Jens, qui fêtera ses 31 ans à la veille du Grand Départ, se lancera à l’assaut de son 8e Grand Tour (il a déjà participé à 3 Tours de France, 1 Giro et 3 Vuelta).

 

Homme de peu de mots mais dont la stature et l’attitude imposent le respect, le Flamand est entré de plain-pied dans son nouveau rôle aux côtés du sprinteur au format de poche. A force de travail ensemble et au fil des courses passées côte à côte, Debusschere et Coquard ont acquis ces derniers mois des automatismes qu’ils espèrent gagnants sur les routes du Tour. Sur et en dehors du vélo, les deux hommes ont appris à se connaître. Un coup d’œil, d’épaule ou un simple mot leur suffit désormais à savoir comment agir, dans quel timing et pour quel dessein. De rival à complice, Jens a fait sa mue aux côtés du Coq, pour son propre bonheur et celui de son nouveau leader.

 

 

Cyril Gautier

 

Plus petit que son coéquipier Debusschere mais pas moins énergique, Cyril Gautier prendra le départ, fin août, de son 10e Grand Tour (8 Tours de France et 1 Vuelta, tous terminés). A 32 ans, le grand complice de Pierre Rolland est un élément clef des Men in Glaz, à plus d’un titre. Roule toujours et dynamiteur de talent, le lutin briochin est un boute-en-train au grand cœur, porté vers l’attaque et dévoué à ses leaders.

 

Ancien vainqueur de Paris-Camembert, du Tour du Finistère ou de la Route Adélie, Cyril a une science de la course consommée et joue à merveille le rôle de mitigeur lorsque la température monte. Parfait relais entre le cœur du peloton et les véhicules des directeurs sportifs, il enfile le brassard de capitaine dès que les circonstances l’exigent. Fidèle parmi les fidèles, le papa de Théo et Lucas aime jouer les tontons flingueurs lorsque l’opportunité se présente. Sur le Tour comme ailleurs, il tâchera de jouer les papa-puncheurs pour faire briller les yeux de ses rejetons. Et si c’est un de ses compères qui décroche la timbale, ce sont les billes de Cyril qui s’illumineront. Opportuniste et collectif, le Costarmoricain est un Glaz dans l’âme. Fier et battant.

 

 

Kevin Reza

 

Compère du duo Rolland-Gautier mais surtout équipier modèle de Bryan Coquard à l’approche des sprints massifs, Kévin Reza disputera cet été son 3e Tour de France. A 32 ans, le Francilien au caractère bien affirmé est un élément essentiel du dispositif Glaz autour du sprinteur maison. Rapide et expérimenté, «la Rez» est celui qui permet au Coq d’économiser ses coups de pédale dans les derniers kilomètres. Collectionneur de places d’honneur sur la Vuelta et ailleurs, le Vendéen d’adoption a franchi un cap depuis son arrivée au club, voilà bientôt trois ans. Kévin a remisé ses ambitions personnelles pour se mettre pleinement au service du collectif… et tant pis pour rêves de victoire.

 

«Je n’ai jamais gagné de course mais c’est quasiment du détail, confie celui qui a payé de sa personne en chutant lourdement sur la Vuelta 2016. Mon rôle est d’accompagner Bryan en course le plus loin possible et de l’épauler même dans ses moments de doute, sur et en dehors du vélo. Chacune des victoires du Coq auxquelles j’ai participées sont un peu les miennes. J’ai une relation particulière avec lui, il me donne envie de me surpasser et me le rend largement quand tout va bien.» Chez les Men in Glaz, là où Coquard est, Reza n’est pas loin. Ces deux-là sont faits pour ne pas se lâcher. Un aspect essentiel de leur réussite commune.

 

 

Quentin Pacher

 

Autre coureur toujours en quête de son premier succès professionnel, Quentin Pacher disputera cette année le premier Tour de France d’une carrière qui va crescendo. Vainqueur d’une étape du Tour de Savoie Mont-Blanc 2018, le puncheur périgourdin évolue à un tel niveau qu’une victoire en classe 2, face à un peloton mêlant pros et amateurs, ne lui apparaît presque pas comme un «vrai» succès.
 
Souvent à l’attaque, acteur plutôt que suiveur, «Papach» a une vision romantique mais perfectionniste de son métier. En course comme à l’entraînement, il savoure chaque instant et vit son sport en vrai passionné. En progrès constants, Quentin voit se profiler son premier Tour comme un aboutissement, même s’il ne compte pas y faire de la figuration. «Tant que l’on n’a pas couru un Tour de France, c’est difficile de se considérer comme un vrai pro», lâche-t-il sans faux-semblant. Au soutien de Pierre Rolland ou franc-tireur dès que l’ouverture se présentera, le Toulousain d’adoption laissera parler son instinct sur la plus grande course du Monde. La concurrence ne l’effraie pas. Elle le galvanise, même.
 

 

Cyril Barthe

 

Aux côtés de ces 6 éléments moteurs, la jeune classe tâchera d’être à la hauteur. Ancien champion de France Espoirs, Cyril Barthe participera à son premier Tour de France après avoir rejoint les Men in Glaz l’hiver dernier. A 24 ans, le rapide Basco-béarnais n’a pas mis longtemps à trouver sa place au sein du club. Intégré au dispositif mis en place autour de Bryan Coquard, le coureur originaire de Sauveterre-de-Béarn n’a pas froid aux yeux. Auteur de deux Top 10 l’an passé sur la Vuelta, Cyril sait frotter et a prouvé que les Grands Tours pouvaient lui convenir.

 

Sur les routes du Tour, il bénéficiera du soutien à distance du noyau qu’il chérit tant. Famille et amis d’enfance sont la source où il puise son énergie. Sourire aux lèvres, accent chantant du Sud-Ouest et yeux pétillants, cet amoureux des collines basques et de l’Aviron Bayonnais met ses qualités individuelles au service du collectif, avec une idée en tête : la gagne, rien que la gagne. Un atout majeur pour les Men in Glaz.

 

 

Maxime Chevalier

 

«Last but not least», le huitième homme du B&B HOTELS - VITAL CONCEPT p/b KTM sera le benjamin de l’effectif breton. Coureur professionnel depuis le mois de mars suite à la fin de carrière prématurée de Jimmy Turgis, Maxime Chevalier est un pur produit du club. Après avoir fait ses armes à l’US Pontchâteau -où il a longtemps côtoyé et admiré son désormais leader Bryan Coquard- le jeune homme a effectué deux années Espoirs au sein du VCP Loudéac, l’équipe réserve des Men in Glaz.

 

Auteur d’un été 2019 de feu sous le maillot rouge et noir (victoires au GP de Fougères et au Tour du Piémont Pyrénéen, 4e du Tour du Val d’Aoste), Max a endossé l’habit de stagiaire Glaz au cours d’une fin de saison où il a démontré tout son potentiel et des qualités déjà avérées. Coureur complet, grimpeur talentueux et dur au mal, le touche-à-tout du vélo (débuts à VTT, grand habitué du vélodrome de Pontchâteau et amoureux de cyclo-cross) a une marge de progression considérable et sa découverte du Tour risque bien d’accélérer son apprentissage.

 

Direction Nizza la bella… et forza les Glaz !

 

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84